lundi 16 juin 2014

Première fois sur une SUP en eau vive avec le SUPercharger



Ma première expérience  en SUP sur la rivière Nouvelle en Gaspésie, Québec avec le SUPercharger de Jackson Kayak.



Après un an à posséder le SUPercharger, je me suis enfin donné la chance de le tester en eau vive. Ce n’est pas comme si je l’avais négligé l’an passé. Nouveau résident près du bord du lac Saint-Jean, j’ai passé plusieurs bons moments à jouer avec le SUPercharger ainsi que le SUPerfishal sur le lac, mais lorsque je sortais en rivière, je me concentrais sur du gros (vague ou descente, votre choix!).

La fin de semaine dernière, ma conjointe Véro et moi, avons eu la chance d’avoir nos deux garçons se faire garder par leurs grands-parents afin que nous puissions nous évader ensemble sur la rivière pour un après-midi. Depuis la naissance de notre premier gars voilà maintenant 2.5 ans, Véro n’a pas fait beaucoup d’eau vive. Première descente cette année pour elle, eau froide, temps limité, la section devait donc être courte et panoramique, une belle escapade en rivière romantique! Nous nous sommes donc dirigés sur la section finale de la rivière Nouvelle en Gaspésie. Fameuse pour sa pêche aux saumons, il s’agit de 5km continus d’eau vive cristalline de classe I-II. Gros soleil, sans nuages, avec une température chaude, mais une eau glaciale. Les conditions étaient donc parfaites pour me tenter d’essayer le SUPercharger sur mes premiers rapides! Histoire de partir du bon pied, Véronique décida de faire confiance à son Zen 65 pour une belle descente de croisière avec le désir secret d’avoir un bon spectacle de son mec qui nage partout!
Nous avons mis à l’eau à la fosse 13 de la ZEC de la rivière Nouvelle, départ du contre-courant pour rejoindre la queue d’un rapide de classe II. Premier à l’eau, alors que j’attends après Véro et ses derniers préparatifs, je me retrouve à la flotte! En moins de 2 minutes, j’ai été capable de laver mon excès de confiance et d’être en mesure de témoigner de la véracité sur la température de l’eau (elle est frette en C%?&). À moins de 5 mètres du bord et du départ, la rivière vient de me rappeler ce que j’enseigne, peu importe l’embarcation: il faut toujours se méfier de la ligne de cisaillement.
Le bon côté avec ce baptême de SUP, c’est qu’une fois mouillé, je n’avais plus à craindre les petites éclaboussures d’eau froide et me concentrer à apprécié ses nouvelles sensations. Une fois que Véro s’est remis de son fou rire, nous nous sommes engagés dans le courant profitant de la beauté de la descente. Les nouvelles sensations d’être SUR la rivière m’ont vraiment excité. Je ressentais chaque petite vague ainsi que chaque petit changement dans l’équilibre au moindre mouvement de pieds sur la planche. Mon seul inconvénient avec le SUP, autre le fait que je riais de mon nouveau statut de débutant en rivière, c’était la vitesse. En kayak, j’adore slalomer rapidement entre les roches dans un rapide, en SUP, je dois me donner plus de champs d’action dans mes manoeuvres. Mon manque de confiance sur mon équilibre (ou plutôt ma grande confiance dans mon incapacité à contenir mon équilibre) ne me permettait pas de me retourner rapidement et d’attraper le surf ou de faire une belle lettre à la poste. Mais bon, je sais bien que ce n’est qu’une question de temps et de pratique.  Je ne me suis pas saucé de nouveau, cependant je suis tombé une autre fois sur les fesses en franchissant un train de vague de un pied, oui oui, pas un mètre, un pied. Et peut-être moins, après tout j’avais une vue de haut.
Pour la rivière, le SUPercharger est vraiment bien. Super stable, plastique solide et la conception est faite pour gérer l'eau vive avec aisance. La rivière Nouvelle était parfaite pour m’initier à la SUP en eau vive, des rapides larges et faciles, une eau claire et un parcours sauvage avec une route qui longe la rivière en sachant se faire oublier dans le décor.
Avec ce premier essai, je suis rapidement vendu au SUP en rivière. Je ne sais pas si je vais aller jusqu’à pousser en classe IV, mais, bon, quand j’ai commencé le kayak, je ne pensais pas non plus faire des premières descentes de classe V+ un jour…
Donc, surprenez-vous pas si vous me voyez en SUP sur une rivière prés de chez vous prochainement!

Patrick Levesque

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire